Mondial du vent – Episode 3 – No wind day

Aller au mondial du vent, regarder windguru, se lever tôt pour naviguer, profiter de chaque minute pour ne rien rater…puis attendre le vent…qui ne se relève pas…qui ne revient pas ! Triste histoire. Heureusement que la vue sur le Pic du Canigou est plaisante.

Quelques heures avant le retour, statique face à la mer, j’espère encore qu’Éole me fera signe de vie. Il n’a pas l’air d’humeur aujourd’hui, mais frustrée par cette courte navigation, et emprise d’une énergie débordante, je pars en direction du téléski nautique situé sur le lac marin de Port Barcarès à proximité de Leucate Méditerranée.

A l’accueil, on nous repère directement à la marque de la combinaison intégrale et des beaux coups de soleil sur le visage « vous êtes des kiteurs non ? ». Très fière qu’on me prenne pour une rideuse professionnelle, j’arpente mon plus beau sourire le temps que le monsieur nous demande 19€ pour une heure autour d’un fil, il faut vraiment être en manque de sensations fortes !
Wakeboard, kneeboard, ski nautique, pas mal de choix s’offrent à moi, mais avant il faut enfiler la combinaison. Pour la petite anecdote, j’avais oublié mon maillot et je n’ai toujours pas le Poncho Mystic, vous imaginez donc à quel point cela a été simple de me préparer. Au top de la glam attitude, on enfile un gilet de sauvetage rouge qui ne nous met absolument pas en valeur, on saisit une planche de wakeboard (avec des straps bien trop grand pour mes petits petons) et on se met en position.

« Mademoiselle, vous êtes prête ? Attention, un, deux, trois, GO », me voilà emportée par le câble qui est bien plus puissant qu’un bateau. Démarrage violent, heureusement qu’on m’aide à me lever, et au premier virage, le drame. A l’eau, un petit navire vient à mon secours et me ramène au ponton. 2ème essai, c’est le bon. Me voilà embarquée pour un tour, puis un second, mes bras commencent à hurler, mais le sourire retrouvé je tente un petit pop pour m’entrainer à sauter, et je le réussis. Très fière de moi, j’enchaine une dizaine de pop jusqu’à la chute, plus près du ponton.
Après plus d’une heure de tours en folie, un peu fou, mon acolyte Antoine Clerc propose un tour à deux cordes. Entre fou rire, clapot (le vent se lève) et tentative de pop, mon corps commence progressivement à me lâcher. Après une dernière chute fatale, on se rend compte que mon train ne va pas tarder à partir, et le téléski à fermer.
Bilan de l’histoire, même si moins sympathique que le kitesurf, le téléski nautique de Barcarès offre une belle alternative aux journées sans vent. On se découvre de nouveaux muscles, de nouvelles sensations, et on peut perfectionner (ou commencer) ses sauts. Malgré le tarif un peu élevé, les gérants ne sont pas très regardants sur la durée, le matériel est fourni, donc au final c’est assez intéressant.

L’heure du départ a sonné, mon train arrive, et le vent se lève, me narguant. L’ingrat !

One thought on “Mondial du vent – Episode 3 – No wind day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s